Le sommet Open Balkan comblera-t-il le fossé dans les Balkans occidentaux ?

Le sommet Open Balkan comblera-t-il le fossé dans les Balkans occidentaux ?

Le grand éléphant dans la salle est la Serbie et ses différends - petits et grands - avec les pays voisins.
L'initiative "Open Balkan" tend à créer un espace de coopération régionale et de promotion du commerce transfrontalier. (AP)

L'initiative de l’Open Balkan remonte aux années 2010, visant à créer un espace entre les pays des Balkans pour des discussions sur la coopération régionale et la dynamisation du commerce transfrontalier.

Un accord a été signé le 10 octobre 2019 par la Serbie, l'Albanie et la Macédoine du Nord dans la ville serbe de Novi Sad dans le but de faciliter l'activité sociale et économique entre les pays des Balkans.

Mais le trio s’est bel et bien heurté à un obstacle lorsque les États des Balkans voisins, le Kosovo, la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro, ont catégoriquement rejeté la proposition.

Des signes de dégel sont finalement apparus le 25 mai de cette année, lorsque le Premier ministre du Monténégro, Dritan Abazovic, a confirmé qu'il assisterait au "Sommet Open Balkan" prévu à Ohrid, en Macédoine du Nord, les 7 et 8 juin.

Dans une interview accordée à TRT World, Vuk Vuksanovic, chercheur principal au Centre de politique de sécurité de Belgrade, a déclaré que la position du Monténégro à l'égard de cette initiative a été conditionnée par ses relations avec la Serbie plutôt que par l'initiative elle-même.

Pour lui, « cela a toujours été la raison d'être du Monténégro : affirmer que cette initiative conduirait à une certaine forme de leadership pour Belgrade. Cependant, il était un peu irréaliste de croire que cette initiative visait à promouvoir la Grande Serbie ou le monde serbe lorsque la Serbie s'associe à l'Albanie dans le cadre de cette initiative ».

Pour Abazovic, le Premier ministre récemment nommé, Open Balkan ou toute initiative régionale susceptible d'accélérer l'intégration européenne est quelque chose que le pays devrait accepter. Il a également déclaré qu'il n'avait toujours pas entendu d'argument valable sur les raisons pour lesquelles l'initiative de l’Open Balkan serait mauvaise pour le Monténégro.

Mais pourquoi le Monténégro a-t-il pris tout son temps pour adopter l'initiative de l’Open Balkan?

L'argument général du Monténégro, du Kosovo et de la Bosnie-Herzégovine est qu'ils pensent qu'aucune initiative régionale ne peut être couronnée de succès sans la participation de l'Union européenne. Pour eux, l'éléphant dans la salle est la Serbie et ses disputes - grandes et petites - avec les pays voisins.

Ils accusent également la Serbie d'avoir une vision expansionniste que le pays cherche à poursuivre par la domination économique. La Serbie, d'autre part, ne reconnaît pas le Kosovo et a plusieurs problèmes nationalistes en suspens avec la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro.

Selon le Kosovo, le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine, l'assouplissement des voyages et du commerce au sein des États des Balkans a déjà été couvert par l'ALECE, un accord commercial international entre les pays d'Europe du Sud-Est et d'autres accords bilatéraux entre les pays régionaux.

Par conséquent, le Monténégro ne voulait pas prendre ce qui pourrait sembler être un détour par rapport à l'adhésion à l'UE, ni participer à quoi que ce soit qui semblait être dominé par la Serbie.

Le Monténégro marche également avec prudence à la lumière des ambitions de la Serbie de devenir une puissance régionale et de dominer les autres États des Balkans. En outre, le Monténégro estime que la Serbie tirera des avantages économiques beaucoup plus importants de l'initiative que les autres États membres puisque le pays est le plus grand producteur de produits agricoles et alimentaires.

Cette initiative de l’Open Balkan n'accélérera probablement pas le processus d'adhésion à l'UE parce que le ralentissement est en partie lié aux propres problèmes internes de l'UE et à l'absence d'une stratégie globale d'élargissement. Cependant, en soutenant cette initiative, les dirigeants de l'UE donnent de l'espoir aux pays de la région sur la voie de l'adhésion à l'UE.

Il y a eu récemment de nombreux problèmes internes dans l'UE, de la migration à la crise démocratique - et depuis le début de la guerre en Ukraine, l'UE se reformule en sollicitant plus de soutien des États-Unis et en essayant de réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie.

D'autre part, cette initiative est soutenue par les pays de l'UE parce que, depuis le départ de la chancelière Angela Merkel, le processus de Berlin - qui a été mis en place en 2014 en tant que plate-forme de coopération de haut niveau dans de nombreux domaines complétant la voie de l'adhésion à l'UE entre les dirigeants des Balkans occidentaux et de l'UE - est bloqué en raison du changement de pouvoir à Berlin.

L'initiative est soutenue par les dirigeants de l'UE parce que, parmi les conditions d'adhésion à l'UE, il y a notamment une augmentation du dialogue et de l'intégration entre les pays. Par conséquent, l’Open Balkan favorise principalement l'intégration régionale.

Bien que le Premier ministre Abazovic ait décidé de s'engager dans cette initiative, il est toujours réticent à rejoindre officiellement le bloc. Le Monténégro a adopté un statut d'observateur dans l’Open Balkan dans le but plus large d'améliorer la coopération régionale.

Au cours du sommet, des réunions séparées sont prévues avec les pays invités. Le Premier ministre du Monténégro, Dritan Abazović, et le président du Conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine, Zoran Tegeltija, se réuniront également au cours de ce sommet.

D'autre part, les dirigeants des trois pays - le président de la Serbie, Aleksandar Vučić, le Premier ministre de Macédoine du Nord, Dimitar Kovačevski et le Premier ministre albanais, Edi Rama, qui sont à l'origine de l'initiative - se sont rencontrés et signeront plusieurs accords de coopération dans le domaine de l'éducation, un protocole d'accord et de coopération entre les administrations fiscales ainsi qu’un protocole d'accord dans le domaine du tourisme et de la culture.

Qu'est-ce qui a changé pour le Monténégro ?

Les pays qui s'opposent au groupement de l’Open Balkan hésitent à le reconnaître pour des raisons que de nombreux experts régionaux considèrent comme justifiées à la fois en rhétorique et en réalité.

Ces réserves, cependant, peuvent être assouplies par des mains qui changent de puissance. Par exemple, le Monténégro a toujours réservé un regard glacial à l’Open Balkan jusqu'à ce qu'il ait été dirigé par le Premier ministre Zdravko Krivokapic, évincé par la suite du pouvoir le 4 février de cette année en raison de conflits politiques internes impliquant à la fois le gouvernement et le parlement.

En tant que successeur, le Premier ministre Dritan Abazovic a pris le contrôle du pays, s'est bien préparé pour l’Open Balkan et a accepté d’y participer en tant qu'observateur.

Dans son interview à TRT World, Vuk Vuksanovic, chercheur principal au Centre de politique de sécurité de Belgrade, a déclaré que la participation du Monténégro à cette initiative est directement liée à l'intérêt du Premier ministre Abazovic à regarder ce groupe avec un esprit ouvert.

"Abazovic essaie de montrer un visage différent, de montrer qu'il y a un nouveau dirigeant monténégrin qui a une attitude pro-occidentale et qu'il n'est pas anti-Serbie. Il fait preuve d'un signe de bonne volonté, non seulement envers Belgrade, mais surtout envers le public national et envers les Serbes monténégrins », dit-il.

Les partenaires de la coalition du précédent gouvernement monténégrin étaient en désaccord sur plusieurs questions, y compris l'influence de la Serbie et de l'Église orthodoxe serbe dans les affaires intérieures du Monténégro. Le gouvernement et l'Église orthodoxe serbe n'étaient pas d'accord sur la position et les droits de l'Église au Monténégro.

Vuksanovic ajoute : « Dritan Abazovic démontre aux Serbes du Monténégro qu'il n'est pas leur ennemi. »

TRT Francais