Macron agresse encore la Turquie
Débats

Macron agresse encore la Turquie

Charles Saint-Prot
Charles Saint-Prot
3 sept. 2022
La visite du président français en Algérie visait à tourner la page de tensions dans les relations entre les deux pays, mais ce n’est pas en attaquant d’autres pays que l’on fera avancer les choses.

À Alger, le président français Emmanuel Macron a accusé, le 26 août 2022, la Turquie, la Russie et la Chine d’avoir un « agenda d’influence, néocolonial et impérialiste et d’être à la source du ras-le-bol des Africains envers la politique française en Afrique ». Il a appelé les jeunes Africains à « ne pas se laisser embarquer » par « l’immense manipulation » de réseaux téléguidés par des puissances étrangères qui présentent la France comme l’ennemie. Il a donc accusé la Turquie, la Russie et la Chine.

Ce n’est pas la première fois puisqu’en février 2021, Macron appelait même à « faire partir les troupes turques de Libye ». Macron ne perd aucune occasion de s’en prendre à la Turquie et au président Erdogan ou à la Russie de M. Poutine montrant ainsi qu’il est le parfait laquais de la politique des États-Unis

La visite du président français en Algérie, où l’accueil de la population fut froid, visait à tourner la page de tensions dans les relations entre les deux pays ces derniers mois, mais ce n’est pas en attaquant d’autres pays que l’on fera avancer les choses.

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, M. Tanju Bilgic a dénoncé des commentaires « extrêmement malvenus ». Il a ajouté qu’« il est inacceptable que Macron, qui a des difficultés à faire face à son passé colonial en Afrique, tente d’accuser d’autres pays ».

La vie est un combat

Ce qui est en cause est l’aveuglement de Macron. Le fait de prétendre que les affirmations de Macron sont causées par les activités des pays tiers, plutôt que d’affronter et de résoudre les problèmes liés à son propre passé, est un déni des faits et de l’histoire. Macron a accusé les autres mais est incapable de constater que la France paye le prix de son effacement en Afrique. Or il est particulièrement indigne d’un homme politique de se cacher derrière son petit doigt et de raconter des balivernes.

Comme disait le général de Gaulle lors de ses vœux pour 1965 : « La vie est la vie, autrement dit un combat, pour une nation comme pour un homme ». Ne se rendent que les gens qui n’aiment pas combattre, l’immense piétaille des lâches et des collabos, tous ceux qui n’aiment pas la France et les Français.

C’est surtout la maladresse de Macron qui est en jeu

Alors que les diplomates français faisaient des efforts méritoires pour rapprocher deux pays qui entretiennent des relations diplomatiques depuis le XVème siècle et ont, depuis le Roi François 1er et Soliman le Magnifique, une vieille politique d’amitié, Emmanuel Macron a mis les pieds dans le plat, confondant une fois de plus son aversion anti-Erdogan et ses passions personnelles avec la politique que doit conduire un chef d’État responsable. En tout cas, il faut, comme le rappelait le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, que la France atteigne le plus rapidement possible « la maturité nécessaire pour faire face à son propre passé colonial sans accuser d'autres pays, y compris le nôtre ».

Assurément Macron rompt avec la stratégie d’indépendance du général de Gaulle qui déclarait à Ankara, en 1968 : « Tout ce qu'il faut est là pour que nos deux pays accordent leurs politiques, comme en d'autres temps, vos sultans et nos souverains les ont accordées… Et comme d'instinct, votre république et la nôtre ont senti qu'il fallait le faire lorsque le gouvernement de Paris, le premier de tout l'Occident, reconnut le gouvernement d'Ankara après les terribles secousses d'où sortait la Turquie nouvelle. »

La diplomatie d’un pays exige des relations « fondées sur la confiance mutuelle ». Elle doit progresser dans le respect des intérêts réciproques des pays eux-mêmes. Sinon c’est la guerre. Macron veut-il faire la guerre contre la Turquie ? C’est toute la question à moins de friser le ridicule, lequel, hélas, ne tue plus…

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de TRT Français. Pour toute information, veuillez contacter : info@trtfrancais.com