#HVW20 : Presidential election, second round (AFP)

Des dizaines de manifestations sont prévues samedi en France, notamment à Paris, pour dire "non" à l'extrême droite à huit jours du scrutin, à l'appel de plusieurs organisations et syndicats.

La campagne de second tour s'avère plus difficile pour La candidate d'extrême droite Marine Le Pen, contrainte d'entrer dans les détails de son projet, notamment sur les sujets régaliens.

En amont du premier tour, elle avait fait une campagne à bas bruit et s'était concentrée sur le thème du pouvoir d'achat, préoccupation première des Français. Son image avait en outre été recentrée, bénéficiant des outrances et du discours ultra radical de l'autre candidat d'extrême droite Eric Zemmour, éliminé avec 7% des voix au premier tour.

Lors d'une visite surprise sur un marché de Pertuis (sud) vendredi, la candidate d'extrême droite s'est vue chahuter par des opposants criant "Marine casse toi!" ou "raciste!".

Interpellée par des habitants sur l'immigration, la guerre en Ukraine ou encore le voile islamique qu'elle compte interdire dans l'espace public, Mme Le Pen s'est défendue d'avoir un projet "radical", le qualifiant au contraire d'"extrêmement raisonnable".

Celle qui appelle désormais à faire "barrage" à un second quinquennat du président-candidat Emmanuel Macron, taxé de "brutalité", retrouve des accents plus populistes pour fustiger le "système" et "l'oligarchie" au pouvoir. Tout en tentant de rassurer sur son programme.

Interpellée à Pertuis par une femme voilée contestant son projet d'interdiction du voile islamiq ue dans l'espace public, Mme Le Pen a assuré qu'elle se battait pour "tous les Français, quelle que soit leur origine".

Lors de ce dernier weekend avant le second tour dans huit jours, les deux adversaires travailleront également à la préparation du débat d'entre-deux-tours, prévu mercredi. Un rendez-vous hautement symbolique dans l'histoire des présidentielles françaises depuis 1974, et à risque pour les candidats.

Agences