Gaza: les frappes se poursuivent, le Hamas envisage un cessez-le-feu lors de discussions en Égypte / Photo: AA (AA)

Au cours de la nuit de jeudi à vendredi, les forces israéliennes ont intensifié leurs frappes dans la bande de Gaza, particulièrement à Rafah dans le sud, où des Palestiniens ont cherché désespérément des survivants parmi les décombres.

Au sud de Jérusalem, un Palestinien a attaqué au couteau deux Israéliens avant d'être abattu par la police et les secouristes. Le Hamas a salué cette attaque comme une "opération héroïque" en "réponse" à la situation à Gaza.

Discussions au Caire

Une délégation du Hamas est attendue au Caire pour discuter d'un plan égyptien en trois étapes, comprenant des trêves renouvelables, des libérations échelonnées d'otages, ainsi qu'un éventuel cessez-le-feu mettant fin aux hostilités.

Au Caire, la délégation du Hamas transmettra aux Égyptiens "la réponse des factions palestiniennes, qui comporte plusieurs observations, à leur plan", a déclaré un responsable du mouvement palestinien, requérant l'anonymat.

Ces observations portent notamment sur "les modalités des échanges prévus et le nombre des prisonniers palestiniens qui seront libérés, et sur l'obtention de garanties pour un retrait militaire israélien total de la bande de Gaza."

"Nous sommes en contact avec les médiateurs en ce moment même. Je ne peux pas fournir plus de détails. Nous travaillons à tous les ramener" a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Aéroport de Damas

Le conflit à Gaza ravive aussi les tensions au Moyen-Orient, notamment à la frontière nord d'Israël avec le Liban. L'armée israélienne a signalé de nombreux tirs depuis le sud du Liban vers le nord d'Israël, avec des frappes sur des positions du Hezbollah.

Le ministère syrien de la Défense a évoqué des frappes israéliennes près de Damas et dans le sud du pays. Selon des sources syriennes, les frappes ont visé les environs de l'aéroport de Damas, 24 heures après la reprise des vols suspendus depuis une attaque israélienne fin novembre.

Israël a multiplié les frappes en Syrie ces dernières années, ciblant les forces soutenues par l'Iran. La Syrie a menacé Israël de "mesures directes" après la mort du général des Gardiens de la Révolution, Razi Moussavi, imputée à Israël.

Un autre front de ce conflit en expansion est le Yémen, d'où les rebelles Houthis, alliés de Téhéran, multiplient les tirs vers la Mer Rouge pour freiner le trafic maritime international en "soutien" à Gaza.

La marine américaine a déclaré avoir abattu jeudi soir en mer Rouge un drone et un missile anti-navire tirés par les Houthis, notant qu'il s'agissait de la "22e tentative d'attaque" du genre par ces rebelles yéménites depuis la mi-octobre.

Israël a juré de “détruire” le Hamas, en réponse à l'attaque du 7 octobre qui aurait fait environ 1 140 morts, selon les autorités israéliennes. Environ 250 personnes ont été enlevées, dont 129 restent détenues à Gaza.

Les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza ont déjà causé 21 320 morts et plus de 55 000 blessés, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Selon l'ONU, 85% des 2,4 millions habitants de Gaza ont été déplacés par la guerre, et la situation humanitaire dans l’enclave demeure critique avec la famine qui menace et la plupart des hôpitaux hors service.

Agences